Mag-Afriksurseine-Mars-2024

INFLUENCEUR ET INFLUENCEUSE, UNE BELLE FORME DANS UN FOND VIDE

Par Marlyse Sinclair

Influenceur, influenceuse  sont  des mots de notre  actualité. Ils sont partout, sur Youtube, sur Instagram, sur twitter, sur face book, ils ont tout envahi, ce n’est pas mauvais, mais qu’est ce qu’ils rapportent concrètement ? Dans les entreprises, pour des raisons   de stratégie marketing,  celles-ci leur confient les marques pour des larges diffusions.  Comme disait un acteur américain dernièrement,  » le numérique a donné du travail au chômeur. » Parlant des influenceurs. Si en occident, ils sont utiles pour la connaissance des marques, en Afrique, c’est du n’importe quoi, du fourre-tout, des poubelles à ragots. Véritable déchet humain. Le numérique fruit de l’intelligence humaine devrait être utilisé à d’excellentes fins. Ce sont les personnes ayant acquis une notoriété qui devraient passer des messages importants ; que peut-on attendre des personnes incultes sur les réseaux ?

Pourtant elles ont envahi les réseaux, vivant dans l’illusion sur leur propre personne. Ces personnes croient qu’elles sont importantes pourtant on vient voir comment elles étalent leur ignorance au grand jour.  Leur seul atout,  ce courage que leur donne le manque de discernement. Elles parlent de tout, ignorant qu’elles sont ignorantes. Le numérique  a ramené l’homme inculte au stade de la bête. Le manque d’intelligence leur fait  tomber dans des allégations mensongères, des attaques de toutes sortes, des dénigrements, ils utilisent les réseaux pour régler les comptes du quartier. Les célébrités, ont droit de permettre aux entreprises d’accroitre  leur visibilité et leur notoriété. Les incultes doivent se taire et apprendre,  outre les incultes d’autres font le m’as-tu vu, dans zéro, et lorsque la vérité sort c’est le désarroi total.

Allusions à des chanteuses par exemple qui sont des modèles dans la société peuvent transmettre les connaissances sur le plan culturel ; par exemple un artiste peut montrer à la communauté étrangère pour quelle raison, il faut aller dans son pays. Montrer la diversité culturelle avec pour finalité d’attirer les touristes, un influenceur, doit  montrer son talent dans le domaine comme dans la politique pour expliquer les faits politiques et économiques ; il doit baigner dans une authentique intellectualité et afficher par exemple des images décentes de sa personne et celle de sa famille. Ces photos qui montrent comment dans ses beaux jours on a pris un repas, comment on a porté un beau vêtement trompent la jeunesse désœuvrée. Ce sont des déhanchements du corps sans vergogne. C’est pour cette raison qu’il y a eu ces dernières années un déferlement des africains pour  l’immigration. On ne refuse pas qu’il y ait une touche de sensualité, le monde évolue, mais aller jusqu’à exposer son sexe montre la dérive éthique de la mission d’influenceur et d’influenceuse.  On peut avoir des influenceurs qui s’adonnent à la chorale pour éviter les dérives spirituelles.

Quand on sait que les influenceurs ont atteint les églises, on comprend ce qui se cache dans cette affaire. Un influenceur peut parler de l’histoire de son pays ou de son continent,   afin de présenter  des personnages qui l’ont marquée. L’influenceur  peut  en se mettant en valeur, parler de  la culture héroïque du personnage,  ceci pour animer les jeunes dans leur audace de changement positif. Une miss beauté serait tentée de montrer l’art coloré des tissus traditionnels. Elle peut inviter ses fans à apprécier les beaux paysages de l’Afrique au lieu d’enfumer les jeunes avec des habillements extravagants qui pousseraient ces derniers à se lancer dans des hypothétiques vies de luxe sans moyens. Une influenceuse doit inspirer, une influenceuse peut avoir plusieurs atouts qu’elle peut mettre en avant en-dehors du social, elle doit  chanter, la beauté africaine qui lutte pour son authenticité, on parle de consommer africain voilà ce que peuvent faire les influenceurs.

Un sportif par exemple est bien placé pour être l’influenceur parce qu’il est un modèle de persévérance, de travail acharné, l’influence ce n’est pas l’exhibition des vêtements, ou les histoires des quartiers qui attisent la haine des communautés, on voit même des influenceuses réservées leur pleur pour le faire en direct sur le net, quelle aberration, des mauvais clichés. On attend des littéraires, pour expliquer probablement l’art romantique, la plupart des influenceurs qu’on croyait superbe ont montré leur limite le jour où elles ont été exposées  dans les vies privées. En ce moment, que deviennent ses abonnés, des personnes perdues égarés dans leur âme, ce qui est impressionnant, c’est ce déguisement chez certains qui sont même entrés en politique.  Ce n’est plus l’intelligence qui coule à flots dans ces affaires d’influenceur, mais des mesquineries. Humble et authentique, joviale et amusante, et la diaspora africaine  ne remplit pas encore cette tâche avec  exemplarité. Ce que la diaspora de l’Afrique centrale et de l’ouest, offre au monde comme spectacle ces dernières années démontre à quel point l’Afrique restera pour longtemps inculte et que cette région superbe de l’Afrique sera toujours colonisée.

Sont en tête dans cette prostitution de masse, le Cameroun, la Cote d’ivoire le Congo, le Gabon, je ne dis pas qu’il y a des gens qui ne devraient pas être suivis, il y a ceux qui font du bon travail, on peut donner quelques meilleurs exemples, Mira cosmétiques qui conseille sur les produits de beauté et leur utilisation sur les différentes peaux. Nathalie Koah qui a su se relever après avoir été trahi par les siens, Coco Émilia, Lady Sonia qui donne d’excellents conseils sur la vie sociale, Emmanuel Keita, Emy Dany Bassong. je les encourage à continuer à donner le meilleure d’eux-mêmes, et les autres quelle chance de connaitre leur faiblesse !

Tendances

A Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut