Mag-Afriksurseine-Mars-2024

LE BENIN, PAYS AU COEUR DOUX

Il y a des pays qui font l’événement. Des pays dont la riche histoire marque les esprits et qui traverse la vie sous le regard admiratif des passants. C’est le cas du Benin qui peut se vanter d’inspirer des principes éternellement et universellement connus. Son passé et son présent, ont permis de faire de lui le pays  le plus pondéré qui s’est construit avec  mesure et harmonie. Terre  bénie, son aura rayonne au-delà de toutes les frontières et comble de bonheur des millions d’hommes dans le monde. Sa première force est inscrite dans l’histoire quand on apprend que c’est de là qu’est partie la force spirituelle qui libéra du joug de l’esclavage. Avec sa grande savane aux courts arbustes, ou les vipères abondent, ses hauts pâturages, ses plaines son ciel vaporeux, dans un assemblage naturel, c’est une humanité plus diverse une grande humanité qui a fait face avec bravoure aux délices de la colonisation, les crises passagères ont fait du Benin le pays le plus démocratique évolué. Avec leur infini, réalisme, le Benin après a remis la démocratie africaine à sa véritable place, en la considérant non comme une fin en soi, mais comme un instrument, instrument de progrès et de libération, un instrument toujours fidèle à son passé, à ses rois comme Béhanzin et ses amazones sous la direction des opérations de toujours prêt à le défendre.

Cette nature garnie donne en récompense, un climat superbe. Tout autour du pays, s’étendent des fleuves, des océans, dont les fonds regorgent des poissons, rares, tout le pays est occupé par l’élevage et prend pour base d’alimentation le manioc cultivé qui se cultive dans toutes les régions. Côté touristique, le pays opère un charme rustique, avec ses chaumières tapies au long des routes rectilignes, dont la coquetterie se contente de voir cela comme une maison nette des temps anciens. Des chaumières construites à l’ancienne et respectant l’architecture des aïeux sont mises au goût du jour, parfois crépis à la tradition, parfois teintés, font entendre les chants monotones des couleurs vives. Avec son vaudou qui lui sert de cadre de référence, dans une immense saga romanesque, qui a le souffle d’une épopée. Beaucoup de personnalités et personnages viennent dans ce pays chercher leur destin. Avec un relief particulier, le temps passé au Bénin est un temps qui vaut de l’or qu’on ne peut oublier.

Il a été dit que lors des dernières expéditions esclavagistes Boukman venues d’Afrique, et fraîchement initié à des rituels vaudous,  prendra conscience pour  marquer sa présence en montrant les secrets magiques qui permettront la libération de ses frères. Avec Toussaint, ils sont les vrais catalyseurs de la révolution haïtienne. Le Benin est un vaste pays, sur la carte de l’Afrique, parfois on le trouve petit. Ne, vous y trompez pas, il faut y aller pour découvrir l’immensité. C’est un vaste pays, étendu, boisé, souvent d’aspect sauvage, décuplé la distance entre les petites villes et la capitale, fait reculer le temps et semble mettre ici le présent au congé de l’histoire. Et cette histoire qui le rend évidemment grand et précieux aux yeux de toute l’Afrique.

Pays dominé par la savane en priorité, il s’étire jusqu’au Burkina Faso sur 670 km entre le 6e et le 12e degré de latitude Nord. Le Bénin se présente comme une étroite bande de terre qui s’élargit au fur et à mesure qu’on le parcourt. Verdoyant par ci, terre aride parfois. Mais toujours est-il que c’est une immense terre ombrageuse  dont le paysage vu du ciel, ressemble à la tour massive d’un donjon. C’est un pays qui vit d’une manière particulière, fertile en événements, bâti par la force de sa vie spirituelle très ancrée dans les mémoires, il ne manque pas de beauté littéraire. Le premier grand fut avec Olympe Bhêly Quenum grand prix littéraire de l’Afrique noire avec son livre un piège sans fin. Il y a également Paulin Houtondji, le philosophe formateur d’une génération des Africains.

Le Bénin est la terre de la libération de l’homme Noir dans son ensemble. C’est là que les grandes intenses se sont constituées spirituellement. Une des plus belles curiosités de Cotonou est sans doute le marché de Tokpa, marché pittoresque où arrivent les Sémi-Djan qui déposent à vive allure, mais à prix d’or un nouvel arrivant. J’ai visité, avec ses comptoirs décalés, disposés en coin de rue, parfois dans des marécages, le centre-ville est parsemé de merveilleuses galeries, un pays riche de cultures où les hommes ont pu imposer leur marque, à la nature, en aménageant un cadre de vie retentissant de spiritualité. En contraste avec cette pesanteur terrestre, le son du Vaudou s’élève vers le ciel comme une prière.

 Quand on est de passage dans ce pays, la première observation que j’ai vérifié, c’est que le vol d’objets est rare, presqu’inexistant, on ne prend pas la chose de quelqu’un. Les transactions se font à ciel ouvert, les négociants ambulants conservent leur argent et vont chercher les clients sans qu’une personne ne touche, mais la corruption est maîtresse comme partout ailleurs en Afrique. Pour traverser les barrières de police, il suffit d’avoir un bon billet, mais l’habileté des hommes est légendaire, on est servi dans les minutes qui suivent la commande d’un objet.

le poids des traditions est vivace, il y a des rois partout, à chaque coin de rue, tous détiennent un pouvoir, sa gloire assurée comme toutes les illusions qui vont avec les cultures anachroniques du passé, mais cette gloire et cette beauté revit dans les châteaux qui vous sont ici présentés, chaque trait du Benin est un roman, un manuel d’histoire un traité d’architecture traditionnel, une clé de songes, une page mélancolie et une leçon de vie africaine, les rois sont là dans leur cours, entourés de nombreuses femmes qui sont prêts à se jeter dans leur bras, avec les grands soldats autour d’eux, qui leur défendent en cas de siège, comme autrefois avec les amazones, premières armée résistante de la femme combattante africaine.

Les amazones ont muri l’esprit des femmes noires qui se battent aujourd’hui, de siècle en siècle le Benin a conservé son génie, sa culture, sa tradition, bref son histoire, c’est pourquoi on dit que le Benin est bien plus que ce que l’on observe. C’est un pays qu’on pourrait plaider pour qu’il fasse partie du patrimoine commun de l’humanité, un milieu naturel imposant par les cours d’eau dans tout le pays des matériaux sédimentaires, le Niger et le volta sont des fleuves qui composent le réseau hydrauliques, climat de type équatorial qui a deux saisons de pluies, population dense avec 60% qui vivent en milieu urbain, c’est au Benin que le premier modèle démocratique s’est expérimenté en Afrique, ce qu’on a appelé le vent de l’est avec la chute du mur de Berlin, suivra dans ce pays un vent de contestation qui va enflammé partout en Afrique on verra même un nouveau concept politique appelé conférence nationale souveraine, qui va permettre des élections qui verront la victoire de Nicéphore Soglo, puis reviendra quelques années plus tard Mathieu Kérékou qui va laisser la place à Yaya Boni. Après deux mandats, a laissé la place à Patrice Talon au pouvoir à l’heure actuelle.

 

Tendances

A Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut